( 13 mai, 2008 )

La Paix jamais trouvée

En ce mois de Mai, Israël célèbre l’anniversaire de la proclamation de son état. Faut il s’en réjouir ? Dans la situatuion présente on doute à repondre quand il  est désespérant de voir comment un peuple qui à subit les pires atrocités de l’histoire, commette à son tour les pires crimes humains.

Depuis le 14 Mai 1948, l’enfer sur terre a un nom, ou plutôt deux ! La Cisjordanie et la bande de Gaza, deux  territoires palestiniens  occupés par l’état d’Israël. Des accords de retrait existent, des résolutions du conseil de sécurité votées mais  tous et toutes, sont restés sans effet. Aux dialogues se succèdent les conflits. Aux conflits, les dialogues. Aux tirs de balles,  les tirs de pierres. A ceux ci, de nouveaux tirs de balles. Aux roquettes du mouvement Hamas, les interventions musclées de TSAHAL. Aux armes de nouvelles technologies, les  bombes humaines.  Une récurrence que l’on aimerait voir se rompre. Mais l’issue reste improbable et la situation mondiale accentue le relief. Elle augure un conflit  sans fin, un choc des civilisations auquel nous refusons de croire, une histoire que nous n’acceptons pas d’écrire…

logique de puissance de l’hégémon

…« L’hyper puissance » américaine -ou de ce qu’il en reste- aurait pu éviter la chute, la descente aux enfers,  servir   un ordre plus juste, imposer un équilibre, réussir là où tous les autres ont échoués, poursuivre un possible plan pour la paix. Or elle ne l’a pas fait. La décennie 90 Fin de l’URSS – 11 Septembre 2001, est perdue. Les faucons ont chassés les colombes. Intervention musclé en Afghanistan d’abord, en Irak ensuite ! L’Iran demain ? Au nom de la guerre contre le terrorisme Goliath écrase David. La « démocratie » chasse la « dictature ». La vision hobbesienne du monde où le « bien » incarnée par l’Amérique bénie doit nécessairement l’emporter, bouscule les règles diplomatiques. L’empire, à travers  ses actions, sa présence militaire un peu partout sur la surface du globe alimente les rancœurs et les conflits. En participant au cycle de la violence, il le nourrit, l’entretien. Finalement il fait le choix de le poursuivre. Le projet Wilsonien née à la fin de la première guerre mondiale s’est  dissout et la police du monde est devenue voyou. La guerre prolongement du politique par d’autres moyens, élargie aussi l’espace économique. Motivation matérielle donc (le pétrole est une ressources trop précieuse pour rester entre les mains des arabes), mais  religieuse  aussi (le retour du messie sur la terre Sainte ne se fera pas tant que le peuple musulman  est présent sur le sol Palestinien). « Les gardiens du temple » ne manquent pas d’imagination.Ce qui est bon pour l’Amérique est bon pour le reste du monde, et sa toute puissance à un projet, un plan pour le Moyen Orient : Reconstruire le paysage politique – the  Greater Middle East .Ayant des ennemis communs, l’état d’Israël est un élément clé  de la géopolitique des EU au Moyen Orient. En France aussi les orientations évoluent, Sarkozy atlantiste ne cache pas son rapprochement à l’alliance. Revendiquant une rupture dans la façon de faire de la politique, le chef de l’état l’exprime aussi, dans sa relation au monde. Rappelons aussi les positions de son ministre des affaires étrangères lorsqu’il appuyait l’action des EU dans son intervention en Irak. Renforcement du contingent Français en Afghanistan contre l’extrémisme et pour la démocratie (les termes sont séduisants) et  soutien aux perspectives d’action  en Iran sont  quelques illustrations de l’alignement aux projets des « tous puissants ». L’occident multiplie les feux. Le doute s’installe, et les interrogations pleuvent. Avons-nous  trouvé des ADM en Irak ? Le terrorisme a t il été éradiqué ?  Le monde est il devenu plus sûr? A quel degré d’enrichissement l’uranium devient il à usage Militaire ? Pourquoi une nation aurait elle le droit de produire cette source d’énergie ? Pourquoi l’interdire à une autre ? A quel moment, un Pays devient il une menace pour les autres ? Faut-il  pour y répondre évaluer le risque de guerre ? Doit-on considérer la violation de l’intégrité territoriale ? Ou encore les crimes barbares perpétrés contre le civile, contre l’humanité ? De tous  ces points de vue justement, les EU et leurs  alliés, ne sont ils pas eux mêmes condamnables  devant la loi ?

Les relations internationales ont échouées. L’intégration des nations à la construction mondiale, aux échanges de toutes natures, n’a pas non plus rencontré davantage de succès. Toutes, se sont  inscrites dans un cadre de compétition et de concurrence déloyale, dans des rapports de force du plus fort au plus faible. Elles nous ont finalement conduites là où nous ne voulions pas aller. Les conflits successifs qui ont ponctués l’histoire dont on croyait qu’ils auraient pu nous servir  à trouver une possible paix, n’ont pas suffit. L’homme est resté une puissance destructrice.

Pas de commentaires à “ La Paix jamais trouvée ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|